RADIO DOLÉANCES

DISPOSITIF

Face à face participatif.

Le spectateur se retrouve l’invité spécial d’une émission de radio « L’avenir dès à présent ». Assis dans une demi-pénombre, dans l’intimité d’un casque audio et d’un micro partagé avec un reporter, il découvre le principe de l’émission, ainsi que sa thématique du jour. Le duo est amené à répondre à une série de questions cachetées dans des enveloppes, chacun.e à son tour. Celles-ci sont extraites et/ou conjuguées de la recherche de Bruno Latour sur les cahiers des doléances. Cette recherche a pour but de faire prendre conscience de nos réseaux de dépendances.

 

Libérer la parole, désinhiber l’émotion.

Le spectateur porte un casque et bien que très proche de son interlocuteur, parle par micro interposé. L ‘échange rappelle l’ambiance des émissions de nuit. La demi-pénombre, l’immersion par le son ainsi que la bienveillance du «journaliste » sont la base pour poser un univers de confidence. Les questions sont connues par les reporters et bien que leurs réponses sont sincères, personnelles et doivent à tout prix être ressenties comme authentiques, ont une fonction précises : permettre aux spectateurs de parler sincèrement de sujets intimes, en partageant ses profondeurs et non ses façades.

 

L’effet miroir.

Le spectateur est amené donc à parler de sujet très intimes comme par exemple : des êtres qui lui permettent de subsister et en quoi ces êtres lui permettent de subsister. Il n’est pas le seul à le faire, l’intervieweus.r.e le guide, prend le risque à son tour de se dévoiler. Le journaliste répond toujours en premier, s’engage véritablement dans sa réponse et de là, s’opère un effet miroir qui installe un réel échange en plus d’un climat de confiance, le moment est réellement intime et partagé par deux personnes.

 

 

Une proposition profondément introspective.

Pendant la vingtaine de minute que dure cette interview « hors du temps », le spectateur, guidé par un journaliste bienveillant, va circuler sur les chemins de sa cartographie intérieure, découvrant sans jugement ni embuche, la manière dont certains itinéraires sociaux, politiques ou émotionnels sont parfois beaucoup plus étroitement liés qu’on ne le pense.

 

Une fausse émission avec un vrai contenu.

Pour véhiculer notre propos, donner à penser, à ressentir, à questionner, nous avons choisi le format d’émission radio. Nous prétendons que l’émission (dont le spectateur est l’invité spécial) est non seulement hebdomadaire, mais connu de tous, et que cette fois-ci sa thématique tourne autour de l’état de notre monde et notre place au sein de ce monde. Nous prétendons que le jeu des enveloppes est le protocole habituel de l’émission, et ce cadre radiophonique, composé d’introduction, de poésie, de jeu, de jingle, de conclusion nous permet de placer tout le contenu que nous avons envie de partager. Il place le spectateur aussi dans un cadre de fiction qui lui permet de s’adonner à un jeu de rencontre. Et d’être amené progressivement d’un constat (personnel ou pas) de l’actualité, à un constat et à une réflexion sur ses conditions d’existence, ses moyens de subsistance. Une façon d’emmener l’autre vers la complexité des interrelations, de la non-séparation des considérations sur la justice sociale, les changements globaux, le réchauffement climatique.

Dans sa version actuelle une bonne partie de l’émission est construite à partir des écrits de Bruno Latour, avec qui nous aimerions collaborer si ce format voit le jour véritablement.

 

 

 

RADIO DOLEANCES

Durée : environ 20 minutes par spectateur 

Plusieurs spectateurs peuvent être accueillis simultanément. 

Ce dispositif a été imaginé et  testée dans le cadre du Festival Ceux d’En Face d’Animakt, en avril 2019 dont le GK Collective était artiste associé avec le Cie Sous X

Extraits - Radio Doléances AnimaktGK
00:00 / 04:58

© Productions Bis 2018